Vive les haies

Vive les haies

par Olivia Duc | 14 février 2020

Image Vive les haies

Il y a peu de temps, nous avons convaincu un client de remplacer sa haie monospécifique par une haie vive. Effectivement, cet amoureux de la nature n’était plus satisfait de cette séparation végétale sans réel attrait visuel, ni qualité pour l’écologie. Il ne retrouvait pas les oiseaux qu’il aime tant entendre gazouiller et ce bourdonnement incessant des abeilles qui butinent.

Lors de notre premier rendez-vous sur place, le propriétaire m’emmène vers la fameuse haie de berberis et me conte son désarroi. Il voudrait que ses locataires voient des couleurs, de la vie et qu’ils aient du plaisir à rentrer à la maison. La haie doit aussi profiter aux animaux qui voudraient manger ou se reposer. Il trouve, qu’avec le temps, les épines-vinettes ont mal vieillies et qu’elles n’apportent plus grand-chose. Ayant bien saisi les envies de mon client, j’ouvre la discussion en lui proposant de changer cette haie et de la remplacer par des arbustes qui offriront plus d’attractions durant toute l’année. Je lui présente mon idée de sélectionner divers arbustes, pour la plupart indigènes et de les planter en quinconce afin d’apporter un écran visuel complet. À la fin de notre rencontre, il me laisse carte blanche pour que je lui fasse un devis avec ces souhaits.

Arrivée au bureau, j’établis un choix de six végétaux indigènes tel que le cornouiller mâle (Cornus mas). Cet arbuste qui fleurit en mars de couleur jaune est d’une importante utilité pour les abeilles. Il est vrai que c’est une des premières plantes qui s’épanouit au début du printemps lorsque les abeilles commencent à voyager. Par la suite, cette plante offre des fruits rouges comestibles qui sont à maturité entre fin août et début septembre. Les baies sont appréciées en confiture, en sirop ou en bonbon. Nous pouvons aussi les manger telles quelles, crues, bien mûres, elles offriront un petit goût acidulé. Les oiseaux se régaleront aussi d’un petit en-cas avec ces fruits. À l’âge adulte, cet arbuste peu atteindre jusqu’à quatre mètres de haut. Lorsque les feuilles viendront garnir les branches, l’écran sera total. Les regards curieux ne pourront pas passer au-delà de cette couverture et les animaux pourront facilement s’offrir une pause au pied de cette plante. Avec ce cornouiller, nous constatons qu’une seule plante donne un spectacle naturel durant huit mois de l’année.

Ce n’est pas tout, j’ai aussi mis quelques nerpruns (Rhamnus cathartica) dans cette haie vive. Les fleurs de cette plante se déploient à la fin du printemps, en mai-juin. La fructification suit directement cette floraison, ce qui fait le bonheur des oiseaux. Cet arbuste était autrefois utilisé lors de traitements purgatifs. Bien que comestible, il faut prêter attention à ne pas en ingurgiter une trop grande quantité. Les rameaux, souvent terminés par une petite épine, offrent un écran défensif. Nous nous sentirons alors protégés par le nerprun.

Après ces brèves descriptions, vous pourrez constater que l’utilisation de ces deux plantes a permis la mise en place d’une large palette d’attractivités tout en satisfaisant les attentes du client. En choisissant aussi la viorne aubier (Viburnum opulus), ou celle d’hiver (V. x bodnantense), le noisetier (Corylus avellana) et l’osmanthe (Osmanthus heterophyllus), les floraisons et fructifications sont réparties sur toute l’année.

Grâce à nos connaissances dans le domaine, nous pouvons facilement vous aguiller et vous épauler dans vos nouvelles plantations. Ne doutez plus avant de choisir le paysagiste idéal pour vos plantations.

CONTACTEZ-NOUS




 
 

Vous avez un projet?
écrivez-nous

 

Pas encore convaincu?
découvrez nos réalisations

 
 
evertis.ch

evertis SA

Ch. de Combernesse 9
1728 Rossens
T 026 402 57 02
F 026 401 04 58
info@evertis.ch

 

La Veyre d'en Haut D10
1806 St-Légier
T 021 921 27 19
F 021 921 27 29
info@evertis.ch


 

Suivez-nous

  • lien linkedin
  • lien instagram
  • lien pinterest